MOT DU PRÉSIDENT – SEPTEMBRE 2018

Hon. Jacques Saada

« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité. Un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. » Winston Churchill

Je viens d’entreprendre mes fonctions. La confiance que m’ont exprimée les divers acteurs du processus d’élection à la présidence, les nombreux messages de félicitations, l’accueil chaleureux qui m’a été réservé par Benjamin Bitton et ses collaborateurs, tout cela m’a galvanisé.

Mes premiers mots, je souhaite les consacrer à notre président sortant, Henri Elbaz, et à ses équipes d’administrateurs, de professionnels et de bénévoles qui ont fait un travail remarquable dans des conditions parfois très difficiles. Au nom de la Communauté Sépharade Unifiée du Québec (CSUQ), je tiens à les remercier vraiment.

La tâche devant nous est énorme, mais je m’y attache avec sérénité et détermination. Avant même d’envisager quelque changement que ce soit, je dois apprendre à mieux m’imprégner de l’histoire de la CSUQ et m’enrichir des expériences de ceux qui l’ont faite. Il me faut maîtriser les enjeux financiers, les tenants et aboutissants de nos programmes, les détails de nos statuts. J’ai besoin de tout cela avant d’entreprendre les réformes à la fois nécessaires et emballantes pour notre communauté.

Dès l’annonce de mon élection, les dirigeants de la Fédération CJA m’ont témoigné leur hâte à ce que nous travaillions en étroite collaboration pour le mieux-être de l’ensemble de ceux que nous servons. J’ai senti dans ces messages un esprit très constructif que j’accueille avec beaucoup de plaisir et d’espoir. Nous avons déjà initié des discussions dont je sais qu’elles seront fructueuses, d’autant plus que les professionnels de nos deux organisations ont déjà tissé des liens étroits entre eux.

Dès la rentrée, j’entreprendrai une tournée de nos institutions pour mieux comprendre les défis qu’il leur faut relever. Je débuterai par nos écoles, qui constituent l’essence même de notre survie et de notre développement sépharade.

J’ai commencé à me familiariser avec un grand projet d’intérêt pour la CSUQ et qui déborde le cadre de nos frontières canadiennes : Il s’agit du dossier de la Justice pour les Juifs des pays arabes (J for JAC) 1. Près de 850 000 juifs ont été expulsés des pays arabes entre 1948 et 1970. Ils répondent à la définition de « réfugiés » 2 de l’ONU, mais n’ont jamais été reconnus en tant que tels. Il s’agit de travailler à ce que l’ONU soit cohérente et corrige cette profonde injustice. Rappelons que grâce notamment aux efforts de CIJA, le Canada a reconnu cette injustice et appelé à la corriger. J’ai le plaisir de vous annoncer que la CSUQ devient le porte-parole canadien officiel pour ce dossier. Je travaillerai ainsi aux côtés de nombreux acteurs dont le coprésident de J for JAC, Sylvain Abitbol.

Je rappelle qu’à la CSUQ, nous marquons la « Journée commémorative des réfugiés juifs des pays arabes et d’Iran » depuis qu’elle a été instituée par la Knesset, l’assemblée législative d’Israël, en 2014. Ainsi chaque 30 novembre ou aux alentours de cette date, nous organisons pour un public réunissant diverses générations, des conférences ou d’autres activités à ce sujet, en présence notamment du Consul d’Israël. Nous avons ainsi la fierté d’être l’une des communautés sépharades dans le monde qui soulignent cet événement.

Le chantier principal auquel je commence à m’atteler est celui des états généraux que nous devrons tenir dans le but de moderniser notre organisation et de préparer la relève. J’ai une idée très claire des préparatifs nécessaires à la tenue de cette activité essentielle pour la CSUQ, une activité propice à la réflexion et à la mobilisation de notre base. Je souhaitais mettre sur pied un comité organisateur qui serait coprésidé par un homme et une femme de la nouvelle génération de sépharades. C’est fait. J’ai en effet le grand plaisir de vous annoncer la nomination de Daniel Amar et de Pascale Déry dans ces fonctions. Je les remercie d’avoir accepté ces importantes responsabilités. Ce comité comprendra des représentants crédibles de l’ensemble de notre communauté et sera constitué d’ici la fin août. Mon but est de faire abstraction de toutes les divergences du passé et de mettre sur pied la meilleure équipe possible.

J’avais prévu de tenir ces états généraux en novembre. Cependant, il sera difficile de respecter ce calendrier étant donné la quantité d’activités qui se dérouleront à ce moment-là, la plus importante de ces dernières étant le Festival Sefarad de Montréal (FSM), admirablement organisé par Dave Dadoun et son équipe. Comme le FSM est l’une de nos activités phares, et que l’hiver, plusieurs membres de notre communauté préfèrent s’exiler sous les chauds soleils du sud, je reste ouvert à viser plutôt le printemps prochain pour nos états généraux. Je soumettrai cette réflexion à notre conseil d’administration dès notre première réunion prévue au mois d’août.

Si vous avez des commentaires ou suggestions à faire quant à la modernisation ou à l’évolution de notre organisation, ou à tout autre sujet d’intérêt pour la communauté, je serai heureux de les recevoir personnellement (saadaj@videotron.ca).

Je vous souhaite une rentrée à la fois sereine et stimulante. À l’aube de 5779, au nom de la CSUQ et en mon nom propre, je vous offre mes vœux d’une année remplie de sourires, d’affection et de bonne santé. Chana tova ou metouka!

 

 

Hon. Jacques Saada,
Président, CSUQ

 

Notes:

  1. Voir http://www.justiceforjews.com/
  2. Voir article Marc ZIlbert, « La journée commémorative des réfugiés juifs des pays arabes dans LVS de décembre 2017. http://lvsmagazine.com/2017/12/la-journee-commemorative-des-refugies-juifs-des-pays-arabes-et-diran/
Top