LA SPANISH AND PORTUGUESE SYNAGOGUE FÊTERA SES 250 ANS EN 2018

PAR ANNIE OUSSET-KRIEF

Annie Ousset-Krief

Annie Ousset-Krief

Annie Ousset-Krief  était Maître de conférences en civilisation américaine à l’Université Sorbonne Nouvelle à Paris. Elle réside maintenant à Montréal.

En 1768, une vingtaine de Juifs nouvellement installés à Montréal décidèrent de créer une congrégation, la Portuguese Congregation. Les familles fondatrices – Hart 1, Benjamin, Jacobs, Solomons, Hays, Judah – érigèrent la première synagogue dans le Vieux-Montréal, à l’angle des rues Saint-Jacques et Notre-Dame. Cet acte marque la naissance de la communauté juive canadienne, dans la nouvelle colonie conquise par les Britanniques en 1760 – conquête qui permit aux Juifs d’immigrer sur une terre qui leur avait été jusqu’alors interdite par la monarchie française.

La population juive va croître, ses besoins augmenter, et la Portuguese Congregation va changer de locaux : un nouvel édifice fut construit rue Chenneville en 1832, puis en 1892, la congrégation ira s’installer rue Stanley, où elle demeurera jusqu’en 1946. Elle se déplacera dans le quartier Côte-des-Neiges en 1947 – ses bâtiments actuels. La congrégation a changé son nom en 1890, pour devenir la Spanish and Portuguese Synagogue, Shearith Israel.

2018 marquera les 250 ans de ce qui fut la toute première synagogue sur le sol canadien, un événement essentiel pour l’ensemble de la judaïcité canadienne, mais également pour le Canada, tant l’histoire des Juifs canadiens est partie structurante de l’histoire nationale.

Les différents organismes communautaires interviendront aux côtés de la Congrégation : la Fédération juive CJA, la Communauté Sépharade Unifiée du Québec (CSUQ), participeront aux événements commémoratifs et culturels. Edmond Elbaz, président de la Spanish and Portuguese Synagogue, accompagné de Rose Simon Schwartz, coordinatrice du projet, et Arlène Abitan, coprésidente du comité du Gala avec Ron Marshaal, ont développé pour La Voix Sépharade la programmation du 250e anniversaire.

« Évoquer le 250e anniversaire, déclare Edmond Elbaz, c’est évoquer en même temps la naissance de la communauté juive à Montréal. Et cette naissance a donné lieu à un dynamisme extraordinaire qui s’est répandu non seulement à travers toute la ville de Montréal, mais aussi à travers le reste du Québec et de tout le Canada ».

Il s’agit de faire de cette commémoration un événement exceptionnel, à la hauteur de l’importance historique de la Spanish and Portuguese Synagogue. Célébrer une communauté qui se distingue par son caractère dynamique et inclusif, sa diversité culturelle. En effet, depuis les différentes vagues d’immigration de la deuxième moitié du XXe siècle, la composition de la communauté s’est modifiée : elle a intégré des segments irakien, syrien, égyptien, libanais, marocain – sans oublier la Congrégation Hevra Shaas, la partie ashkénaze. Un total de 750 familles, à 80 % sépharades, qui se rassemblent au sein d’une même communauté, tout en préservant leurs spécificités culturelles. Pendant les dix dernières années, le rabbin Schachar Orenstein a été l’un des rouages essentiels de la Congrégation. Il a achevé son mandat et a été remplacé temporairement par le rabbin Avi Finegold. Pour l’avenir, la synagogue souhaite recruter un rabbin bilingue, et sépharade. Aux côtés du rabbin, Yehuda Abittan remplit les fonctions de hazzan, de chantre, depuis 1984. Il est l’un des piliers de l’institution congrégationnelle. Il est secondé par Ariel Krispin.

« Évoquer le 250e, ce n’est pas seulement célébrer un anniversaire », ajoute Edmond Elbaz, « c’est aussi entrevoir le futur. Qu’allons-nous faire pour nous assurer que notre congrégation va continuer à s’enrichir, offrir ses services au reste de la communauté, garder et préserver son héritage ? C’est là le mandat que nous nous sommes donné. C’est un peu le slogan de notre 250e anniversaire : honorer le passé, mais aussi regarder vers l’avenir. »

C’est le 22 mars 2018 que sera lancée la commémoration des 250 ans, avec un cocktail d’ouverture à l’Hôtel de Ville de Montréal, en présence des autorités municipales et provinciales. Une exposition rassemblant photos, documents d’archives, pièces de collection sera inaugurée à l’Hôtel de Ville avant d’être présentée dans différents lieux à Montréal, puis d’être installée dans les locaux de la synagogue.

La deuxième grande activité du 250e sera le Gala, prévu pour le 10 mai 2018. Un hommage sera rendu à Howard Joseph, rabbin émérite de la synagogue, et à sa femme, Norma Joseph. Le rabbin Joseph servit la congrégation pendant près de 40 ans et sa femme joua un rôle essentiel au sein de la communauté. Le premier ministre Justin Trudeau et tous les dignitaires au niveau fédéral, provincial et municipal seront invités. Un spectacle est prévu avec Enrico Macias.

Au cours de l’année, des conférences seront organisées, portant sur l’histoire de la Congrégation et son tissu unique de communautés différentes. Une fois par mois, entre mai et septembre, aura lieu une soirée consacrée à chaque communauté.

Des conférenciers issus des groupes marocain, libanais, irakien, égyptien, éthiopien et ashkénaze, interviendront pour mieux faire connaître la Spanish and Portuguese et pour célébrer cette diversité qui est la marque de la synagogue.

Arlène Abitan, Edmond Elbaz et Rose Simon Schwartz (de gauche à droite).

« Évoquer notre histoire, c’est aussi évoquer des gens d’une stature extraordinaire, tels que Aaron Hart, Abraham de Sola 2, Howard Joseph, et évoquer tous nos illustres présidents, qui furent de véritables visionnaires », affirme Edmond Elbaz. « C’est grâce à leur travail, à leur vision, que nous avons une congrégation aussi belle, aussi riche et aussi dynamique. Aujourd’hui, nous voguons sur leurs ailes. »

Des historiens – parmi eux, Pierre Anctil et Denis Vaugeois – ont été pressentis pour dresser des portraits de la communauté dans la presse écrite et électronique. Un livre portant sur les 50 figures marquantes du séphardisme québécois et canadien est en cours de préparation.

Dans le cadre du partenariat avec la CSUQ, le Festival Sefarad 2018, événement d’une envergure majeure, sera placé sous le signe du 250e anniversaire.

De nombreux concerts auront lieu, notamment un concert avec des hazzanim – (chantres) d’origine marocaine, libanaise, irakienne, égyptienne…

Le volet jeunesse est également très important : les jeunes adultes sont en train de préparer une soirée pour novembre, avec pour thématique l’avenir de la synagogue et de la communauté. Les enfants ont aussi leur part dans les célébrations : ils préparent une pièce de théâtre sur l’histoire de la synagogue.

Un Shabbaton 3, qui coïncidera avec le Gala, sera organisé avec les synagogues sœurs de la Spanish and Portuguese: les synagogues Shearith Israel de Londres, d’Amsterdam, de New York, de Philadelphie, de Newport (Rhode Island). Des membres du clergé et de l’administration seront invités à Montréal pour célébrer ensemble la naissance de la Spanish. Ils seront tous présents au Gala.

Autre projet d’envergure : le Sefer Tora, un Rouleau de Torah, du 250e. Un Sefer Tora sera écrit avec la même calligraphie que celle du premier Sefer Tora de la Spanish and Portuguese qui se trouve aux archives nationales à Ottawa. Chaque membre de la communauté juive canadienne va avoir la possibilité d’acheter un verset. À intérieur du boîtier, il y aura les noms des souscripteurs. Le projet est piloté par le rabbin Finegold. Cette réalisation clôturera la fin des célébrations.

La CSUQ et le CJA offrent leurs services au niveau politique : signature du Livre d’Or de la ville de Montréal en présence du maire, et mission parlementaire à Ottawa. Selon l’article SO31, intitulé « Déclarations de Députés », le député Anthony Housefather prononcera en fin d’année une déclaration à la Chambre des Communes portant sur l’existence et la célébration de la première synagogue du Canada. Cette déclaration sera approuvée par l’ensemble du Parlement, inscrivant ainsi de manière pérenne la reconnaissance de la Spanish and Portuguese Synagogue. Comme toute déclaration, celle-ci figurera dans le compte-rendu officiel parlementaire, le Hansard.

La liste des événements n’est pas close, d’autres manifestations culturelles se rajouteront sans doute à l’ensemble déjà prévu. La Spanish and Portuguese Synagogue veut faire de cette commémoration un événement majeur, qui honorera l’ensemble de la judaïcité canadienne. Cet anniversaire est porteur de messages, car, comme l’explique Edmond Elbaz, la création de la Spanish and Portuguese Synagogue a tracé la voie de la communauté juive au Canada, en lui donnant vitalité et dynamisme, et une vision. Elle est plus qu’une synagogue, elle est un centre de vie, qui accueille et reçoit avec chaleur toutes les personnes en quête d’une communauté. « La Spanish est une michpaha, une grande famille », conclut Edmond Elbaz. Nous leur souhaitons « vida larga », une longue vie !

 

Notes:

  1. Aaron Hart (1724-1800). Né à Londres, il partit pour le Canada en 1761 et s’installa à Trois-Rivières. Homme d’affaires prospère, il fut à l’origine de la fondation de la Spanish and Portuguese Synagogue. Il est considéré comme le père de la communauté juive canadienne.
  2. Abraham de Sola (1825-1882), Juif britannique d’origine sépharade, fut le rabbin de la Spanish and Portuguese Synagogue de 1847 jusqu’à sa mort en 1882, à l’âge de 57 ans. Son rayonnement s’étendit bien au delà de la communauté, car cet érudit était également professeur de littérature hébraïque à l’Université McGill, écrivain et historien. Sa notoriété dépassa les frontières : c’est à lui qu’incomba l’honneur d’ouvrir par la prière la séance de la Chambre des Représentants américaine le 9 janvier 1872.
  3. Organisation d’un shabbat avec des activités collectives.