MOT DU PRÉSIDENT : SEPTEMBRE 2016

Henri Elbaz

Henri Elbaz

J’aimerais d’abord remercier et féliciter Sonia Sarah Lipsyc qui, en plus d’être responsable du Centre d’études juives Aleph, assume la fonction de rédactrice en chef de notre journal La Voix Sépharade. Les trois derniers numéros thématiques du LVS ont été publiés sous sa direction et ont été très appréciés par nos lecteurs. Nos remerciements s’adressent également à Danielle Glanz, notre ancienne directrice des communications et du LVS qui nous quitte pour le Canadian Jewish News et à qui nous souhaitons un grand succès. Notre objectif est de produire un journal de qualité qui nous servira de lien au sein de notre communauté juive, avec les autres communautés sépharades de la diaspora et également avec les autres communautés culturelles.

J’ai récemment mis en place un comité de planification et de stratégies. Il est composé de jeunes et d’anciens leaders. Je tiens à m’assurer que le lien entre les générations est maintenu et que la transmission du savoir, de la sagesse et de la mémoire est assurée. Cela ne veut pas dire que nous sommes fermés aux changements, loin de là ; un changement doit nous mener vers plus d’épanouissement, plus de solidarité, vers de plus hauts sommets. Il ne doit pas nous affaiblir ni nous égarer.

Je souhaite et tiens à ce que la majorité des membres de tous nos différents comités de travail proviennent de la nouvelle génération, la porte est grande ouverte. Étant donné que tous les travaux que nous faisons dans la communauté servent de matière à la formation des futurs leaders, il n’y a aucune restriction quant au nombre de jeunes qui veulent y prendre part. Béroukhim habaim, bienvenus, vous n’avez qu’à me contacter. Une de mes priorités, sinon la première, est de bâtir avec vous, jeunes communautaires, un bassin de futurs leaders qui vont assurer le développement et la réalisation du plein potentiel de notre communauté.

Jeunes retraités : vous êtes détenteurs d’une expertise notoire et pouvez nous donner un bon coup de main. Il y a de nombreux programmes au sein desquels vous pouvez contribuer et apporter beaucoup de plus-value. Je vous invite également à me contacter.

J’ai récemment pris connaissance de l’étude sociodémographique de la communauté sépharade, basée sur le recensement canadien de 2011. Cette étude est à l’ordre du jour du comité de planification et de stratégies de la Communauté Sépharade Unifiée du Québec. Nous constatons que nousavons une communauté avec un taux de vieillissement galopant, un niveau élevé de pauvreté, une plus forte portion de Sépharades qui vivent loin des écoles, des synagogues et des services communautaires juifs, et un plus grand nombre de nos personnes qui vivent dans l’isolement.

Notre but est de dégager les priorités et de prendre toutes les mesures nécessaires pour y remédier.

Il ressort également de cette étude que notre communauté a un énorme potentiel : un pourcentage élevé de diplômés universitaires, de professionnels et une plus grande classe moyenne. Cependant, nous notons un glissement vers une certaine anglicisation au sein de notre communauté.

La raison étant que les premiers immigrants ont dû inscrire leurs enfants à l’école anglaise parce que les écoles catholiques ne leur étaient pas accessibles. La réalité est que, de plus en plus, les parents et les enfants parlent anglais à la maison. Le camp Benyamin a connu encore un très vif succès cette année. Environ cent quarante enfants par semaine, du 27 juin au 12 août, dans les deux camps, à Côte-Saint-Luc et à Saint-Laurent. Trente moniteurs bien formés ont encadré les activités. Les enfants ainsi que les parents ont été enchantés par l’accueil chaleureux qu’ils recevaient chaque jour. Nous nous attendons à recevoir plus d’enfants pour le camp d’hiver Kif Kef qui se tiendra du 25 décembre 2016 au 1er janvier 2017.Notre objectif est de développer les programmes jeunesse, de doubler et même de tripler le nombre de participants en faisant de « l’outreach » auprès des enfants qui habitent à l’extérieur de Montréal ainsi que dans les écoles non juives.Notre quatrième promotion du Programme de leadership est dans sa seconde phase. Le programme s’étale sur deux ans. Plus de soixante jeunes professionnels participent à ce programme. Quinze reviennent d’un voyage « Retour aux sources » qui les a menés au Portugal, en Espagne et au Maroc. Ils ont donc suivi les déplacements de la population juive expulsée à la suite de l’Inquisition. Les participants assurent la continuité du Programme de leadership et entreprennent également des initiatives de développement communautaire.

Je vais m’atteler au cours des prochains mois à renforcer l’infrastructure communautaire, à créer plus d’harmonie et de complémentarité entre institutions et programmes, à défendre les intérêts de nos membres.

« Tahel shana ou birkhoteha », que la nouvelle année commence avec ses bénédictions, pour tout le kahal Israël, la communauté juive, pour vous et vos familles.

 

Henri Elbaz,
Président, CSUQ